Les aventures trépidantes (ou pas) d'une indécise

12 octobre 2012

La folie des stages

Mon école de traduction a pas mal de défauts mais si je dois bien lui reconnaître une qualité c'est de nous forcer à bosser et faire des stages tous les étés. Oui c'est contraignant, on n'en a pas toujours envie mais mine de rien c'est utile. C'est une des choses que je regrettais à la fac, certains de mes amis sont arrivés en M1 sans avoir jamais bossé, je trouve ça carrément dommage.

Donc bref, depuis 3 ans mes étés sont un peu écourtés voire inexistants. Mais au moins j'ai trouvé des stages. Ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Je vous épargnerai mon agacement concernant les pistons parce que pendant mes recherches j'étais parfois à deux doigts de demander à mon père de me prendre dans le service traduction de sa banque. Et encore... en L3 j'ai déjà eu moins de mal à trouver. Cette année j'avais 3 mois devant moi ce qui a débloqué certaines pistes. Mais ça n'empêche pas que sur 70 CVs envoyés j'ai dû recevoir 15 réponses, les 3/4 étant négatives. Ça ne fait plus grand chose et au final je me suis retrouvée un peu contrainte et forcée d'accepter un stage qui ne me disait que moyennement. Ça fait pas mal réfléchir, on se sent un peu nul, l'égo en prend un coup et après on regarde autour de soi et on voit que tous ses amis sont dans la même galère. Alors ça rassure... un peu. Je pense que c'est un peu pareil pour tout le monde mais dans le secteur de la traduction c'est encore pire. Avec la crise (la fameuse!) c'est souvent les premiers services supprimés parce qu'on les juge moins importants. Oui aujourd'hui dès qu'on parle 3 mots d'anglais on se croit traducteur. Mais ça c'est une autre histoire... La cible de cet article reste les stages pas les gens qui critiquent ma future profession...

Venons en maintenant au coeur du problème. La recherche de stage est déjà compliquée mais en plus beaucoup d'entreprises abusent totalement du système. Cet été j'ai donc effectué un stage de 3 mois dans une petite agence de traduction à Paris (dont je ne citerai pas le nom). L'entretien s'était bien passé, la gérante et la chef de projet semblaient plutôt sympas. Seul hic, ça se passait dans l'appart de la gérante. Ca me plaisait moyen mais bon j'allais faire de la traduction donc c'était le principal. 

Résultat : j'ai effectué une seule pauvre traduction en 3 mois. J'ai vu la gérante pour la 1ère fois au bout d'un mois parce qu'elle était en voyage "professionnel". Elle avait eu bien le temps de peaufiner son bronzage. J'ai dû la voir en tout et pour tout 1 mois et demi sur mes 3 mois. Et quand elle était là elle ne se levait pas avant 11h et demandait si on avait bien répondu et vu tous nos mails alors que c'était fait depuis 3h. Elle ne connaissait quasiment rien à sa propre boite. On lui demandait parfois des conseils concernant certains clients et traducteurs, elle n'en connaissait pas la moitié... Je dois avouer que c'était parfois très dur d'accepter des remarques de sa part sachant qu'elle ne faisait... rien. Nous étions 4 stagiaires pour 2, voire 1 seul chef de projet en août et nous faisions le boulot d'un employé permanent. Et en étant payé 436,05 euros par mois. Notre travail consistait en des relectures et des tâches administratives. Je ne dis pas que c'était totalement inintéressant mais coller des timbres sur 150 enveloppes et écrire des adresses pendant une après-midi entière, ça l'est un peu quand même. J'étais la seule qui faisait de l'allemand dans la boite donc si je n'étais pas là personne ne pouvait corriger les fautes. Je trouve ça vraiment grave. C'est clairement gagner du fric sur le dos des stagiaires. Parce que le pire c'est qu'on n'avait pas le droit à l'erreur. Pour moi un stage c'est avant tout apprendre. Des relectures je n'en avais jamais fait de ma vie, j'ai aimé en faire mais je ne suis pas relectrice professionnelle. Donc se faire engueuler parce qu'on a oublié des fautes sur un texte en allemand de 50 pages, ça me révolte. Je ne suis pas bilingue loin de là. Un traducteur traduit vers sa langue maternelle. Et à côté de cela, je n'ai pas traduit. Grosse grosse frustration. Mon mois d'août je l'ai passé à faire des grilles tarifaires sur Excel parce qu'il n'y avait quasiment pas de boulot. J'ai réussi à avoir 2 pauvres jours de congé alors qu'on nous en devait au moins 7. Et je ne m'étalerai pas sur les sautes d'humeur de la gérante et de la chef de projet. Je ne suis pas grande gueule, en général je suis calme. Mais s'il y a bien un truc que je ne supporte pas c'est l'injustice. Et plusieurs fois j'ai craqué, j'ai répondu. Je n'en suis pas fière, ce n'était pas très pro, mais trop c'est trop. 

Donc voilà. Je sais que toutes les entreprises ne sont pas comme ça. Heureusement. Mais quand j'écoute les histoires de mes camarades, je vois que ce n'est pas beaucoup mieux. La plupart ont été déçus. Et encore j'ai de la chance, j'ai été payée ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Beaucoup d'entreprises exploitent les étudiants et j'ai vraiment peur d'enchainer les stages après mon diplôme et galérer à trouver un boulot. C'est le cas de pas mal de personnes autour de moi, même en sortant de grandes écoles. Très sincèrement je rêverais que l'agence où j'ai travaillé se fasse contrôler. D'ailleurs elle est backlistée dans mon école à présent. J'ai été rassurée d'apprendre que je n'étais pas la seule à avoir eu des soucis. C'est une moindre consolation et au moins ça évitera à d'autres de se faire exploiter. 

Après ce petit coup de gueule je m'en vais terminer mon rapport de stage (une autre aberration). 

Bloguement vôtre,

Mllejenesaispas

PS: pardonnez-moi pour les éventuelles fautes d'orthographe. En général je n'en fait jamais mais j'ai remarqué que dernièrement j'en faisais partout, j'ai un peu honte. La fatigue probablement. 

Posté par Mllejenesaispas à 12:17 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 octobre 2012

Lanzarote, isla de fuego

Quand mon amoureux m'a soumis l'idée d'aller aux Canaries pour nos vacances d'été je me suis immédiatement insurgée en lui soutenant que j'étais contre le tourisme de masse et que les plages remplis d'Anglais et d'Allemands, non ce n'était pas pour moi. J'avais en tête des hôtels à perte de vue, des plages bondées, des boites de nuit à chaque coin de rue... pas vraiment le genre d'endroit où passer des vacances en amoureux. Il a insisté, j'ai râlé, je me suis quand même renseignée et j'ai capitulé. Lanzarote m'a conquise. 

Après de longues tergiversations, nous avons opté pour une semaine dans deux chambres d'hôtes différentes. Je ne voyais pas bien l'intérêt, l'île étant relativement petite. Mais ça a permis réduire un peu les trajets en voiture. En parlant de voiture, je pense que c'est LE moyen de locomotion indispensable sur l'île. Il y a bien des bus d'après ce que j'ai compris mais peu et pas partout. Je n'en ai vu aucun d'ailleurs. Pour les chambres d'hôtes, nous avons choisi la 1ère dans le centre/sud ce qui nous a permis d'arpenter le sud de l'île pendant 4 jours.

Ainsi nous avons fait un petit tour à Arrecife, la capitale avec son musée d'Art Moderne qui se visite en 15 min (et encore on a pris notre temps...) mais qui a l'avantage d'avoir un sympathique restaurant. On a lézardé sur la plage la plus célèbre de Lanzarote, Papagayo. On a visité la jolie ville de Teguise et son marché dominical. Une horreur. Un vrai attrape-touriste. On a adoré le parc national de Timanfaya avec sa chaine de volcans. Ca se visite en bus, ce qui est un peu dommage mais les paysages sont à couper le souffle. C'est le cas pour tout l'île d'ailleurs. Depuis plusieurs éruptions volcaniques entre le XVIII et le XIXème siècles, l'île est recouverte de coulées de lave ce qui donne lieu à des paysages lunaires et magiques. Je n'avais jamais vu ça de ma vie. Le sol est noir, brun, râpé avec seulement quelques vignes pour végétation. Ces vignes sont d'ailleurs à l'origine du vin de Lanzarote. Les producteurs n'ont pas le droit de les arroser, ce qui s'avère parfois compliqué car il n'a pas plu depuis un an. Même les cactus semblent souffrir. On a également visité la fondation César Manrique, un artiste qui a contribué à la préservation de l'île. Il a mis en valeur la plupart des sites naturels. Ses sculptures sont omniprésentes. On en trouve sur presque tous les ronds-points. 

La deuxième chambre d'hôte était au nord de l'île, au milieu de nulle part avec une vue imprenable sur l'océan et la Isla Graciosa. Avec ses falaises le Nord offre des paysages totalement différents et des plages de sables blancs. La mer y est beaucoup plus agitée. Et c'est là qu'il y a les plus beaux points de vue. 

Voilà un petit aperçu de l'île: 

lanzarote lanzarote4lanzarote3papagayolanzarote2

 

Si vous voulez quelques bonnes adresses:

* Casa Claddagh chez Trish & Franck. Deux adorables Irlandais exilés à Lanzarote. Petite chambre d'hôtes très sympathique avec un super petit-déjeuner. 

* Casa Dominique. Chambre d'hôtes tenue par des Français. Vue exceptionnelle depuis la chambre et la piscine. Très calme. Avoir une bonne voiture et ne pas avoir peur des geckos qui viennent vous voir la nuit. 

* Restaurant Il Nino à Puerto Del Carmen. Grand choix de tapas. Serveurs sympas. Il faut y aller tôt parce qu'il y a du monde. Très bon. 

* Restaurant La Cantina à Teguise. Tapas mais pas que. Très bon. On peut prendre des planchas à partager. Très grand choix de vins locaux. Meilleur brownie du monde. 

* Bodega El Grifo. Plus vieille cave de l'île. Très bon vin. Un des meilleurs rapports qualité/prix.  

* Aloe +. Encore peu développé en France, l'aloe vera est très apprécié aux Canaries. Les produits sont efficaces et sentent bon. Ils sont à base d'aloe vera cultivé sur l'île. J'en reparlerai plus longuement dans un article "beauté".  

Bloguement vôtre,

Mllejenesaispas

 

Posté par Mllejenesaispas à 15:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 octobre 2012

Sushis & Cie

S'il y a une chose qu'il faut savoir sur moi c'est que je ne sais pas cuisiner. Enfin si un peu quand même... Mais des trucs faciles et plutôt des desserts. C'est par manque de temps et par extension par flemme. Ma maman et ma soeur cuisinent divinement bien donc je n'ose même plus les concurrencer. Par contre, j'adore manger. Bien manger. Donc je ne parlerai pas tant de cuisine que de restaurants, de cafés, de pâtisseries, de salons de thé. D'ailleurs si vous avez des adresses je suis preneuse. J'adore tester, découvrir et manger des trucs bizarres. (j'adore la salade de poulpe et les bulots) 

Du coup rentrons dans le vif du sujet... un petit coup de coeur et un objet bien pratique pour les étudiant(e)s comme moi. Mon école comme à son habitude a décidé de me coller des horaires totalement fous avec parfois 6 heures de trous ou alors 9h de cours sans pause. Du coup j'ai très vite arrêté d'aller acheter à manger et je me fais tout moi même. J'ai donc investi et adhéré à un concept japonais... oui vous l'aurez deviné... le BENTO. Pour ceux qui ne connaissent pas c'est une sorte de tupperware mais en mieux! Déjà c'est beaucoup plus joli. Et avec ses compartiments on peut tout mettre dedans. Entrée, plat, dessert, sauces, couverts.... Beaucoup passent au micro-onde. Et c'est surtout bien hermétique. J'ai acheté le mien dans une boutique près de chez moi et j'ai découvert que le fabricant avait un super site Internet avec plein d'accessoires tout ça tout ça... Je suis un peu fana de trucs design et déco donc j'était aux anges... Bon j'avoue que c'est pas donné mais le concept s'est bien développé donc vous pouvez en trouver plein sur le net à tous les prix. Pour le mien c'est par ici. En plus il y a un blog avec des recettes, ça donne des idées. Je vous épargne la photo de mon bento, mais c'est le vert et blanc :)

Bon et en parlant de Japon, j'ai deux bonnes adresses de restaurants de sushis à vous indiquer. Ca intéressera plutôt les Parisiens mais si vous êtes de passage dans la capitale je vous les conseille vivement. 

Le premier c'est Hoshi, vers Montparnasse. C'est un resto tout ce qu'il y a de plus classique mais il est très sympa. C'est un ami qui me l'avait conseillé. Les prix vont de 6 à 15 euros et c'est copieux et varié. Il y a parfois une option brochettes avec certains menus. C'est toujours frais. J'ai déjà emmené plusieurs amis et ils ont tous été conquis! 

Le second, c'est Sushi Marché, pour moi le meilleur resto de sushis de Paris. Bon il faudra compter plutôt autour de 20 euros donc on n'y va pas tous les jours mais il vaut vraiment le coup. Le chef est japonais, ce qui est rarement le cas il faut le dire. Les poissons sont variés et délicieux. Le midi c'est des menus classiques avec soupe et salade mais le soir il y a deux entrées japonaises et un dessert. Je ne prends généralement jamais de dessert dans les resto japonais car c'est souvent inintéressant mais chez Sushi Marché je me damnerais pour leur cake et leur roulé au thé matcha. A la carte il y a plein de spécialités japonaises pas forcément à base de poisson. Ca change énormément des restos classiques. D'ailleurs, il y a toujours plein de Japonais dedans, ce qui pour moi est un bon indicateur. Essayez-le, vous ne verrez plus les sushis de la même manière ensuite :) 

 

Voilà je ne pensais pas commencer par de la cuisine mais c'est comme ça. La prochaine fois ce sera tout aussi exotique. J'ai bien envie de vous parler de mes vacances aux Canaries. Une très jolie destination, à ma grande surprise. 

Bloguement vôtre,

Mllejenesaispas

Posté par Mllejenesaispas à 16:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Mllejenesaispas se refait une beauté

Après deux ans d'absence, Mllejenesaispas refait son apparition dans la blogosphère. Pourquoi? Je ne sais pas. Une envie. Tous les 2-3 ans ça me reprend. Après deux (ou trois... je ne sais plus...) blogs musicaux et un blog un peu narcissique j'ai eu envie de changer. Je voulais me tourner vers le cinéma et puis non. J'adore le cinéma mais je me connais, je ne pourrai pas me limiter qu'à ça. J'en parlerai très certainement. En fait, j'ai envie de parler de tout ce qui me passionne, de mes coups de coeur, des choses qui me révoltent, de nourriture, de voyages, un peu de moi aussi... Mais pas trop. De partager plein de choses avec plein de gens différents. Bref, de parler de tout et n'importe quoi selon l'humeur du moment. Mon année s'annonce bien remplie et je vais avoir besoin d'une sorte d'échappatoire. Oui, c'est pour ça que je recommence je crois. 

Cette fois je ne me présenterai pas. Peut-être plus tard si l'envie m'en prend. 

Je vous dis donc à bientôt pour un article, un vrai.

Bloguement vôtre,

Mllejenesaispas

 

Note à moi-même: Arrêter d'utiliser le mot "envie"

Posté par Mllejenesaispas à 14:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]